First date

« Si tu n’as rien à dire de plus important que le silence, alors tais-toi »
Hum… Difficile d’honorer ce dicton Chinois ici alors que le but premier de ce blog « cyber carnet  » ( désolée je suis dans un avion pour Montréal et j’utilise déjà les termes adéquats… Une éponge, je suis une éponge…avec une face qui récure mais ne raye pas…mais je m’égare…)
est de vous parler de tout et n’importe quoi avec une nette préférence pour le n’importe quoi…Autant vous dire que je ne suis pas très familière des blogs et que celui-ci sera peut-être le premier que je vais réellement consulter…
Autant vous dire aussi que ce premier « Post » m’est aussi naturel qu’ un premier rendez-vous amoureux ou First Date pour ceux comme moi qui sont férus de comédies Américaines…c’est donc sous l’emprise d’un Chiraz 25 cl que je vous écris du haut et mes 40 000 pieds puisque je suis comme je vous le disais dans un avion en direction de nos chers cousins Québécois,
pour deux concerts d’Autour de Lucie ( vous savez ce groupe des années 90 ) dans le cadre des Francofolies de Montréal
S’il vous arrive de me croiser et de me dire « oui ton Post là… Pas terrible »… je pourrai répondre ce n’est pas de ma faute c’est l’Altitude et le Chiraz…
Oui je sais trois petits points c’est une maladie que j’ai attrapée lors de mes rédactions successives, mails et textos.
Le point, trop définitif, limite pas sympa dans certains contextes…
Le point virgule, je vais t’expliquer la vie, donneur de leçons, Chiant.
Et là je mets un point. Trois petits points… Ne me restent que ces trois petits points qui à mon sens laissent au lecteur le choix d’interpréter en fonction de son humeur et de la météo ( qui comme nous le savons tous sont intimement liés ) ladite phrase… Toujours laisser une part d’imaginaire…
Je suis à la fois très heureuse de partager avec vous mes pensées et intéressée par le côté  » expérience » que cela peut comporter.
Je disais donc que le but premier de ce Blog ( il va falloir que je m’habitue à la sonorité de ce mot ) , est de vous parler de ce qui m’entoure, ce qui me touche, ce qui me meut, ce qui m’interpelle, ce qui me révolte aussi , et il y en a un bon paquet…et d’avoir vos impressions sur tout cela ( ou pas ) , si tant est que vous ayez encore un peu de jugeote comme disais ma grand-mère et de libre-arbitre, pauvres cerveaux lessivés par l’hyper-consommation et la quête stérile d’ ‘hyper-individualisme et de sensations fortes que nous sommes devenus.
Amen.
Bref, « Ta lumière particulière » est en train de voir le jour, et vous m’en voyez ravie.
J’ai les coudes près du buste à l’heure où je vous parle et j’ai peur que mon discours touche à sa fin, atterrissage dans une heure, le côté poulet de batterie commence à me taper sur le système…Chicken Wings…presque envie de faire du saut à l’élastique là…c’est vous dire…
Ravie de faire votre connaissance,
Bien à vous,
Valérie.